Les Fintech, ce nouvel écosystème bancaire technologique

Il y a un peu plus de cinquante ans, les femmes n’étaient pas autorisées à ouvrir un compte en banque. Il y a vingt ans (et c’est encore le cas aujourd’hui), l’ouverture d’un simple compte bancaire nécessitait de se rendre au guichet d’une banque, de rencontrer un conseiller, de remplir (de façon manuscrite) un dossier, de photocopier les justificatifs nécessaires et d’y apposer sa signature.

La distribution bancaire, assurée par un réseau d’agences bancaires physiques, provient alors uniquement des grandes institutions bancaires.

Et puis la crise financière de 2008, celle des subprimes, éclate et provoque l’effondrement de grandes banques à travers le monde. En découlent plusieurs conséquences : le durcissement de la Réglementation, l’érosion du modèle bancaire classique et surtout, la dégradation des relations entre les banques et les clients, en perte de confiance.

On assiste alors au déclenchement d’un renouveau du système bancaire, favorisé par l’expansion grandissante des technologies. Naissance d’alternatives aux produits traditionnels et stimulation du développement d’un secteur de distribution bancaire autonome : les fintech entrent en scène.

Les fintech (contraction de finance et technology), ce sont les startups du secteur de la finance. Leur motivation première est simple : bousculer les codes établis du monde sacré de la banque en proposant de nouveaux services et produits financiers avec pour mot d’ordre d’offrir un usage intensif de la technologie.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les fintech ne sont pas nées récemment. Des entreprises comme Paypal pour les Etats-Unis ou Moneo pour la France furent les prémisses du secteur à la fin des années 90.

Le terme s’est ensuite popularisé avec l’arrivée des premiers succès en 2013/2014 (Transferwise, plateforme de transferts d’argent en multidevises et Lending Club, plateforme de financement participatif) et à l’évolution croissante des usages sur mobile.

Depuis, l’écosystème ne fait que grossir avec l’apparition de nouveau acteurs proposant des offres dans divers domaines bancaires : agrégateurs de compte, robo-advisors, solutions de paiement, financement participatif… Auparavant, chaque établissement bancaire proposait tout un panel d’offres pour ses clients. Désormais, pour chacune de ces offres, on trouvera son pendant chez une fintech, mais avec une approche 100% digitale et des tarifs bien souvent plus attractifs.

Au fil des années, les fintech ne cessent de modifier en profondeur le secteur bancaire et financier, de par leur agilité, leur dynamisme et leur sens de l’expérience client. Car c’est exactement ce dernier point qui créé la rupture avec les institutions bancaires classiques : la place du client, qui doit demeurer le premier bénéficiaire.

 

La France, un marché en pleine effervescence

Les Français ne sont en pas en reste en matière de fintech. Ce sont un peu plus de 200 sociétés qui composent le paysage en France, avec de très belles pépites comme Lendix (plateforme de financement participatif), Fluo (comparateur d’assurances), Lydia (solution de paiements mobiles) ou encore SlimPay (solution de prélèvements bancaires destinée aux entreprises), pour ne citer qu’elles.

Face à ces nombreux succès, certaines banques, en perte de vitesse ou ayant compris la nécessité de réinventer leur métier, ont flairé les bonnes opportunités en nouant des partenariats avec ces nouveaux acteurs. C’est le cas du Crédit Mutuel Arkea (lYomoni, Leetchi, Younited Credit) ou encore BPCE (le Pot Commun, Payplug), en avance dans leurs investissements au sein des fintech.

D’autres, comme la BNP Paribas, optent pour le rachat, comme ce fut le cas récemment avec le Compte Nickel (compte bancaire distribué chez les buralistes) et son portefeuille de 550 000 clients.

Certains crieront au scandale, y voyant une association néfaste avec les grands mastodontes de l’oligarchie financière. D’autres y verront un encouragement dans la construction d’une nouvelle voie.

Une chose est certaine, les banques et les fintech forment un cercle vertueux : les banques doivent composer avec les fintech pour être en adéquation avec les nouvelles attentes des clients et les fintech ont besoin des banques pour se développer et créer un chemin vers la rentabilité.

A n’en pas douter, le modèle bancaire traditionnel, sans parler de sa fin, est en pleine mutation et les fintech joueront un rôle central dans son avenir.

Auteur: Robin CARETTA

Partager cet article :