Une matrice « repère » pour comprendre la transformation Agile à l’échelle

Depuis plusieurs mois, beaucoup d’acteurs parlent de l’agilité à l’échelle (Agile@Scale), mais de quoi s’agit-il et comment l’appréhender ?

Les technologies numériques et la multiplication des disruptions ont conduit les entreprises et les administrations à repenser leur modèle de fonctionnement pour s’orienter vers des organisations Agiles. L’agilité est en effet un moyen de gagner en performance pour répondre aux défis du marché. Par conséquent, plusieurs entreprises déploient l’Agile sur des périmètres de plus en plus étendus. Si elle est propice à la transformation numérique, l’agilité conduite à l’échelle de l’organisation bouleverse la façon de travailler et la culture d’entreprise.

Conduite à l’échelle, l’objectif est d’étendre à l’ensemble de l’entreprise les principes de l’Agile : satisfaction client, ouverture au changement, livraisons fréquentes, collectif, motivation dialogue, efficience, rythme, optimisation continue, simplicité, auto-organisation, recherche d’efficacité. Il s’agit donc de les appliquer sur un périmètre de plus en plus étendu (scalabilité verticale) et sur des processus / thèmes de plus en plus nombreux (scalabilité horizontale).

En se fondant sur l’expérience de plusieurs projets menés chez différents clients de TNP (se limitant souvent à la DSI, mais le périmètre peut parfaitement être étendu à l’ensemble de l’organisation) et suivant le principe Keep It Simple (KISS), une matrice présentant deux axes permet d’offrir une vision globale de l’ensemble des éléments à traiter pour la transformation Agile à l’échelle.

  • Scalabilité verticale (périmètre)
    • Mono-équipe : une seule équipe avec un unique objectif de livraison
    • Multi-équipes : plusieurs équipes qui concourent à livrer un programme ou un produit commun
    • Portion organisationnelle de l’entreprise (département, service, division…) : plusieurs équipes qui travaillent sur divers projets /programmes /produits avec des objectifs de livraison différents
  • Scalabilité horizontale (processus / thèmes)
    • Gouvernance / Pilotage : d’un projet, d’un programme, d’un département…
    • Processus de Delivery : de l’expression des besoins à la mise en production et au suivi en Production
    • Compétences RH : compétences des équipes et relation avec le management
    • IT Enablers : les éléments IT qui permettent de faciliter la mise en œuvre de l’Agile tels que les API, les outils d’intégration continue etc.
    • Processus Support : l’ensemble des processus support comme les achats, la formation, la capitalisation…

Chaque cellule de la matrice soulève des problématiques spécifiques à traiter et nécessite la mise en place de pratiques Agile distinctes. Par exemple, le pilotage d’un projet Agile ou le processus du développement à la livraison du produit, diffère selon s’il est adressé en projet Mono-équipe ou Multi-équipe.

Cette matrice à elle seule ne permet pas d’évaluer la maturité Agile. Elle offre néanmoins une vision d’ensemble et apporte des repères pour mieux appréhender sa transformation Agile à l’échelle, les axes pouvant évoluer en fonction du contexte de l’organisation. Comme disait le statisticien George Box , « Tous les modèles sont faux, mais certains sont utiles ».

Cet article a été coécrit par Marine Pini

En savoir plus sur l’offre CIO Advisory de TNP

Auteur: Mejdi Hizem

Partager cet article :