Automobile : faites vos jeux !

Il est d’actualité de pronostiquer des années difficiles pour l’automobile : stagnation des marchés matures et recul du marché chinois, investissements gigantesques pour le véhicule autonome, difficultés d’accès du véhicule électrique à un véritable mass market, impact des normes d’émission toujours plus difficiles à atteindre, changement de modèle de consommateur plus intéressé par la location que la possession, etc… Les arguments sont multiples pour justifier une prévision prudente du secteur.
Et pourtant, l’automobile n’a jamais attiré autant d’acteurs et de financement. Les partenariats se multiplient entre les constructeurs ou équipementiers et les ténors de l’industrie du logiciel : Toyota avec Softbank, l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi avec Google, Honda avec Cruise filiale de GM leader en matière de véhicule autonome, Ford avec Lyft principal concurrent d’Uber et qui étend son périmètre avec l’acquisition de Vision Labs, BMW avec Intel et Mobileye dans une plateforme étendue depuis à FCA, Continental et Delphi, etc. Jusqu’à de nouveaux acteurs qui veulent se lancer dans la production de véhicules elle-même, comme Dyson ou peut-être Amazon.

Et le secteur n’a jamais accueilli autant de start-ups qui s’attaquent aux points faibles des constructeurs –interface utilisateur, communication avec l’extérieur, mobilité comme un service, utilisation des données personnelles – pour tenter de renouveler le succès financier des précurseurs Tesla ou Uber. Tous ces partenariats se font à coups de milliards et les additions des prévisions d’investissement donnent le tournis.

Quels enseignements tirer de cette frénésie d’accords en tous genres ?  Il y en a au moins trois :

  • L’automobile est face à des défis considérables, mais la voiture du futur se construit chaque jour. Le véhicule électrique décolle quand les ingrédients sont réunis : subventions, infrastructures et normes, comme le montre l’exemple chinois. Les navettes autonomes se multiplient en 2019. Les premières expériences de robots-taxis se mettent en place. L’ultra-connectivité se prépare aux développements que permettra la 5G.
  • Les nouvelles technologies obligent à repenser l’expérience client avec les offres de réalité augmentée ou de reconnaissance vocale, les systèmes de climatisation individuelle, les assistants auto de nouvelle génération, sans parler de la révolution de la distribution. Autant de nouveautés qui seront les arguments marketing de demain. En témoignent les concepts novateurs présentés au CES de Las Vegas sur le cockpit des futures voitures.
  • Effort vers le client d’autant plus nécessaire que personne ne sait ce qu’il acceptera de payer pour ces nouveaux services, ni s’il acceptera vraiment de changer de modèle d’usage de son véhicule. C’est la véritable inconnue de l’avenir de l’automobile. Mais au vu des montants engagés, et avec un marché de presque 100 millions de véhicules neufs vendus par an, le secteur automobile devrait retrouver sa place de fleuron de l’économie moderne et connaître à moyen terme une belle embellie de valorisation boursière.

Faites vos jeux !

Découvrez la veille automobile de TNP 

Découvrez nos savoir-faire dans le secteur automobile

Auteur: Jacques CHAUVET

Partager cet article :